Economie

Les dirigeants de l’UE décident de renforcer la sécurité économique


Un drapeau européen hissé à Grenade, en Espagne. /Photo prise le 4 octobre 2023/REUTERS/Jon Nazca

GRENADE, Espagne (Reuters) – Les dirigeants des pays de l’Union européenne ont affirmé vendredi leur ambition de renforcer la compétitivité du bloc, d’être à l’avant-garde en matière de nouvelles technologies vertes et numériques et de réduire leur dépendance à l’égard des pays tiers, notamment de la Chine.

Dans une déclaration publiée à l’issue d’un sommet informel à Grenade, en Espagne, les dirigeants ont déclaré que la pandémie de COVID-19 et l’invasion russe de l’Ukraine en février 2022 avaient mis à l’épreuve les capacités de résistance du bloc et que l’UE devait améliorer sa compétitivité.

Les Vingt-Sept sont convenus que l’UE devait renforcer son marché unique, réduire ses dépendances en matière de technologies numériques et vertes, de matières premières et de médicaments essentiels, et stimuler les investissements dans la recherche et les compétences.

“Nous renforcerons notre position en tant que puissance industrielle, technologique et commerciale, en mettant l’accent sur les domaines à forte valeur ajoutée dans lesquels nous disposons déjà d’un avantage concurrentiel et ceux où nous pouvons devenir numéro un”, est-il dit dans la déclaration.

La déclaration de Grenade devrait ainsi orienter les discussions des prochains mois sur les propositions de la Commission européenne qui pourraient conduire à un contrôle plus strict des exportations et des sorties de technologies, en particulier celles qui pourraient être utilisées à des fins militaires.

Les dirigeants de l’UE prévoient de travailler avec les pays membres pour évaluer d’ici la fin de l’année si la sécurité économique du bloc court des risques liés aux puces électroniques les plus avancées, à l’intelligence artificielle, à la technologie quantique et à la biotechnologie.

Cette évaluation s’inscrit dans le cadre de la stratégie pour la sécurité économique européenne présentée en juin, qui vise à répondre à ces risques en restreignant certains investissements ou exportations dans les secteurs sensibles.

Les dirigeants se demanderont aussi dans quelle mesure les pays sont prêts à harmoniser leurs politiques en matière de sécurité nationale et à transférer certains pouvoirs à Bruxelles.

Autre sujet : l’ouverture des marchés européens aux entreprises étrangères. Des pays comme la Suède et les Pays-Bas souhaitent une plus grande ouverture, tandis que d’autres, comme la France, mettent davantage l’accent sur la protection des producteurs nationaux.

(Reportage Philip Blenkinsop et Belen Carreno; version française Camille Raynaud et Kate Entringer, édité par Bertrand Boucey)

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

15 − один =

Кнопка «Наверх»