Economie

Les banques centrales pourront-elles baisser les taux avant qu’il ne soit trop tard ?


© Investing.com

 

Investing.com – Les marchés sont dans le vert jeudi –Ibex 35, CAC 40, DAX…-, les investisseurs gardant un œil attentif sur les données qui pourraient donner le ton de la politique monétaire des banques centrales lors des prochaines réunions.

Chris Iggo, Chief Investment Officer (CIO) d’AXA (EPA :AXAF) IM, souligne que “les rendements obligataires sous-jacents sont revenus au niveau de la première moitié de la première décennie du nouveau millénaire, et il y a des parallèles avec la situation de 2006-2007, la dernière fois que les taux ont été élevés pendant une longue période. Mais les différences sont peut-être plus importantes. La croissance mondiale est plus faible et la confiance a été entamée par la pandémie et les crises énergétiques”.

“Depuis que la Fed a relevé les taux à ce que beaucoup pensent être le maximum, les marchés ont enregistré des rendements négatifs, contrairement à 2006. Cette période s’est mal terminée – après plus de trois ans de politique expansionniste – avec la crise financière mondiale de 2008. Les banques centrales pourraient avoir intérêt à abaisser leurs taux rapidement, avant qu’il ne soit trop tard”, ajoute M. Iggo.

“Il existe des éléments déclencheurs potentiels d’une forte aversion au risque et d’une reprise des titres à revenu fixe. La possibilité d’une fermeture du gouvernement américain affecterait la demande globale, ainsi que la confiance des entreprises et des ménages. Il pourrait y avoir une spirale descendante de l’activité”, ajoute-t-il.

Pour Iggo, “le resserrement actuel des conditions financières (hausse des rendements obligataires, renforcement du dollar et baisse des prix des actions) pourrait accélérer l’impact du resserrement en cours sur les parties vulnérables de l’économie”.

“Le marché du travail ne semble pas encore s’affaiblir – du moins selon les chiffres du gouvernement – mais la Fed a réduit ses taux en septembre 2007, alors que le taux de chômage était encore très proche de son niveau cyclique le plus bas et que la croissance des emplois non agricoles était restée positive (bien que des révisions ultérieures aient montré que les emplois avaient diminué en juillet et en août 2007)”, note M. Iggo.

“Il est difficile de ne pas conclure que ce cycle pourrait se terminer par un fort ralentissement de la croissance, voire une récession. Un tel scénario profiterait aux actifs perçus comme “sûrs” – même si les États-Unis subissent une nouvelle dégradation de leur note – et les marchés à haut rendement et les marchés d’actions pourraient subir des pertes importantes. En outre, le chômage augmenterait et les niveaux de vie seraient encore plus affectés. L’évolution actuelle des prix du marché suggère que les choses ne sont pas tout à fait correctes et que la politique monétaire doit être modifiée”, conclut l’expert d’AXA IM.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

семнадцать + 8 =

Кнопка «Наверх»