Economie

Le président de la Banque mondiale attendu sur le climat, les prêts aux pays émergents


Ajay Banga, président de la Banque mondiale, participe au forum mondial sur l’infrastructure et l’investissement à New York. /Photo prise le jeudi 21 septembre 2023/REUTERS/Seth Wenig

MARRAKECH (Reuters) – Le président de la Banque mondiale, Ajay Banga, est attendu cette semaine sur ses projets pour l’institution en matière de changement climatique et de prêts aux pays émergents, alors que débute lundi au Maroc une série de réunions avec le Fonds monétaire international (FMI).

Ajay Banga, qui a pris ses fonctions il y a tout juste 130 jours, a pour mandat d’élargir la mission du prêteur multilatéral pour le développement afin de lutter contre les crises mondiales qui incluent le changement climatique, les pandémies et les pays émergents.

Mais les besoins de financement très importants de la transition climatique, estimés à 3.000 milliards de dollars pour les marchés émergents et les économies à faible revenu d’ici à 2030, poussent les défenseurs du développement à demander de faire de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité au cours de sa réunion annuelle.

En juillet, un groupe d’experts mandaté par le G20 a recommandé que la Banque mondiale et les autres banques multilatérales de développement (BMD) augmentent leurs prêts annuels de 260 milliards de dollars, soit plus de trois fois leur rythme actuel, afin de répondre aux besoins liés au climat.

“Nous aimerions que les actionnaires approuvent cet objectif et proposent un plan pour le faire avancer”, a déclaré Amy Dodd, directrice de la politique de développement à ONE Campaign.

Ajay Banga a toutefois déclaré que la réunion au Maroc mettrait d’abord l’accent sur la modification de la déclaration de mission de la banque en matière de lutte contre la pauvreté, attendue de longue date.

L’ajout de l’expression “sur une planète vivable” à la déclaration de mission est en cours depuis un an, et la communauté du développement attend avec impatience les prochaines étapes pour augmenter rapidement les financements.

En avril, la Banque mondiale a abaissé son ratio de capitaux propres afin d’augmenter les prêts de 50 milliards de dollars sur 10 ans. Mais de nombreuses autres mesures sont plus compliquées à mettre en place et nécessitent que les pays actionnaires décident du montant des fonds publics qu’ils sont prêts à apporter.

“Je suis très sceptique quant au fait qu’il y aura de grandes avancées sur la taille de l’institution à Marrakech”, a déclaré Clémence Landers, ancienne fonctionnaire du Trésor américain qui travaille actuellement au Centre pour le développement mondial à Washington.

Ce groupe a publié lundi une nouvelle carte pour les réformes des BMD, affirmant que les changements généraux sont “en marche” mais que les progrès dans leur mise en œuvre ont été limités.

DES MOUVEMENTS COMPLEXES

Pour l’instant, les États-Unis souhaitent que les pays soutiennent les garanties de prêt de la Banque mondiale, le président Joe Biden demandant au Congrès d’approuver un nouveau financement de 2,1 milliards de dollars qui pourrait débloquer 25 milliards de dollars de nouveaux prêts concessionnels sur une décennie.

Un rapport de la Banque mondiale qui sera examiné à Marrakech estime que 10 milliards de dollars d’engagements pourraient augmenter les prêts de 60 milliards de dollars sur cette période.

Cependant, aucun autre actionnaire important ne s’est joint à la démarche américaine, qui est considérée comme une alternative plus acceptable pour les élus américains qu’une augmentation du capital qui conduirait probablement à une plus grande participation de la Chine dans la banque.

Les responsables britanniques ont exprimé leur soutien à une augmentation de capital, mais l’Allemagne s’est prononcée en faveur d’une plus grande émission de capital hybride, un instrument semblable à une dette, qui, selon la Banque mondiale, pourrait ajouter 40 milliards de dollars de nouveaux prêts sur une décennie.

Une autre mesure permettrait d’augmenter les prêts sur le “capital exigible” de la Banque mondiale, un coussin de fonds d’urgence promis par les actionnaires mais non versé, mais cela nécessiterait que certains pays modifient leur législation.

Ajay Banga a déclaré que cette mesure était complexe et qu’il faudrait du temps pour la négocier. La Fondation Rockefeller estime que si les agences de notation modifiaient leurs évaluations, les prêts augmenteraient de quelque 900 milliards de dollars sur une décennie.

Un fonctionnaire du Trésor américain a déclaré à Reuters que le département travaillait à l’élaboration de règles pour les capitaux mobilisables afin que des décisions puissent être prises d’ici avril 2024.

“RÉPARER LA TUYAUTERIE”

Ajay Banga a minimisé l’importance de l’augmentation des prêts et mis l’accent sur ses efforts visant à rendre l’organisation, forte de 16.000 personnes, plus agile et plus axée sur des projets ayant un impact mesurable, en déclarant qu’il souhaitait “réparer la tuyauterie”.

D’autres présidents de la Banque mondiale, dont Jim Yong Kim, n’ont pas été en mesure de réformer de manière significative la banque, que Ajay Banga a qualifiée de “dysfonctionnelle”, en dépit d’un personnel talentueux et dévoué.

“Il bouscule les choses”, a déclaré un haut fonctionnaire du Trésor américain, qui l’a nommé à ce poste.

Bien que l’approche de ce citoyen américain né en Inde ait provoqué quelques frictions en interne, selon le personnel de la banque, Ajay Banga, 63 ans, est apprécié pour avoir repoussé les limites.

“Banga a pris un bon départ”, a déclaré Michael Krake, qui représente l’Allemagne au conseil d’administration de la Banque mondiale.

“Laissons Banga être Banga. Les bons dirigeants prennent des risques calculés et font aussi quelques erreurs”, a ajouté Michael Krake.

(Reportage David Lawder, version française Corentin Chappron, édité par Kate Entringer)

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

12 − девять =

Кнопка «Наверх»