Actualité des matières premières et futures

L’AIE minimise les risques de perturbation de l’approvisionnement en pétrole dans le contexte du conflit Israël-Hamas



Investing.com – L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a déclaré que le risque de perturbation de l’approvisionnement en pétrole dû au conflit entre Israël et le Hamas était limité. Toutefois, elle est prête à intervenir sur les marchés si nécessaire. L’agence, dont le siège est à Paris et qui coordonne également le déblocage des stocks d’urgence détenus par ses 31 pays membres, pour la plupart des pays à économie avancée, a fait cette déclaration à la lumière du récent conflit qui a fait des milliers de morts et affecté les marchés pétroliers.

Bien que la région représente plus d’un tiers des expéditions maritimes de pétrole dans le monde, l’AIE a assuré dans son rapport mensuel régulier que les risques d’impact sur les flux d’approvisionnement en pétrole restaient limités. L’agence a confirmé qu’il n’y a pas eu d’impact direct sur l’approvisionnement physique.

Toutefois, compte tenu de l’équilibre tendu entre l’offre et la demande sur le marché pétrolier, l’AIE se tient prête à agir si nécessaire pour garantir que les marchés restent correctement approvisionnés.

Les prix du pétrole ont connu une hausse initiale au début du conflit, mais se sont stabilisés depuis, car il n’y a pas eu de perturbation immédiate des flux d’approvisionnement et les autres pays ne sont pas intervenus. Néanmoins, les prix restent relativement élevés en raison des réductions de l’offre par l’Arabie saoudite et la Russie. L’AIE a également averti qu’elle commençait à voir des signes de destruction de la demande.

A 12h15 AEST (02h15 GMT), les Brent Oil Futures ajoutait 0,5% à 86,5$ tandis que les WTI Futures ajoutait 0,8% à 83,6$.

Depuis des mois, le marché pétrolier est aux prises avec des inquiétudes concernant l’offre et la demande. Les prix élevés de l’énergie, associés aux hausses des taux d’intérêt dans la plupart des pays avancés pour lutter contre l’inflation, exercent une pression sur les consommateurs.

L’AIE a également mis en garde contre d’éventuelles pénuries de diesel en Europe cet hiver et a souligné l’augmentation significative des recettes d’exportation du pétrole russe. Malgré les tentatives de l’Union européenne, du G7 et de l’Australie d’introduire un plafond de prix pour le pétrole russe, le brut russe s’est négocié à plus de 80 dollars le baril en septembre, soit nettement plus que le plafond de prix fixé par le G7.

Malgré ces difficultés potentielles, la demande mondiale de pétrole devrait encore augmenter de 2,3 millions de barils par jour cette année, grâce à la croissance de la Chine, de l’Inde et du Brésil.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

пять × 5 =

Кнопка «Наверх»