Economie

La banque centrale fait une grave erreur : l’inflation ne peut pas être stoppée


© Investing.com

Investing.com – Cela fait maintenant 15 ans que les grandes banques centrales ont inventé un nouvel instrument pour faire face à la crise financière : l’assouplissement quantitatif (QE). Cette méthode simple d’imprimer de l’argent était apparemment le seul moyen de sortir d’un désastre dans lequel les banques centrales nous avaient entraînés.

A l’époque, les banques centrales du G10 disposaient dans leurs bilans de 5 000 milliards de dollars d’obligations d’Etat. Les presses à billets QE fonctionnaient jour et nuit, si bien qu’à la fin de l’année 2021, près de 25 billions de dollars avaient été créés à partir de rien et les bilans avaient atteint 30 billions de dollars.

Vous souvenez-vous des semaines de reportage autour du plan de sauvetage de 278 milliards d’euros pour la Grèce ? Qu’est-ce que c’était que ce bras de fer lors des négociations, 278 milliards, c’est quand même beaucoup d’argent.

Mais on n’a pas vraiment entendu parler du fait que le système financier occidental devait être sauvé de l’effondrement à hauteur de 25.000 milliards de dollars.

Ceux qui possédaient des actions en étaient tout de même les bénéficiaires, même si on ne savait pas pourquoi les marchés montaient. Aujourd’hui encore, la plupart des investisseurs privés n’ont pas compris que les plus-values boursières ne reposent pas sur les bénéfices réels des entreprises. Elles sont simplement le résultat du fait que l’argent excédentaire devait aller quelque part.

Personne n’y a trouvé à redire, car les conséquences négatives n’étaient pas visibles.

Même les experts ont commis l’erreur de croire que cela n’entraînerait pas de hausse des prix, car l’indice des prix à la consommation est resté obstinément en dessous de l’objectif de deux pour cent. En juillet 2020, les spécialistes de CNBC ont conclu que la planche à billets de la banque centrale n’avait aucun effet, comme l’a écrit Michael Maharrey dans son dernier article.

Dans ce reportage de CNBC, un économiste a pris la parole pour étayer ce point de vue largement répandu et donner le feu vert pour l’avenir. Il déclarait ainsi:

“La possibilité d’une explosion de l’inflation, c’est-à-dire aux alentours de 4 ou 5 pour cent, est tout simplement irréaliste”.

Avec cette déclaration, l’expert était manifestement à mille lieues de la vérité, puisque la hausse des prix à la consommation américains a atteint son sommet provisoire deux ans plus tard seulement, à 9,1 pour cent.

Maharrey fait remarquer que le problème de l’inflation est bien plus profond qu’on ne le pense généralement. En effet, la définition de ce que nous entendons aujourd’hui par inflation a changé.

A l’époque, l’inflation signifiait que la masse monétaire augmentait et que ce n’est que par la suite que les prix à la consommation augmentaient. L’économiste Ludwig von Mises l’a expliqué comme suit :

“Aujourd’hui, les gens utilisent le terme ‘inflation’, pour désigner le phénomène qui est une conséquence inévitable de l’inflation, à savoir la tendance de tous les prix et de tous les salaires à augmenter. Le résultat de cette regrettable confusion est qu’il n’existe plus de terme pour désigner la cause de cette hausse des prix et des salaires. Il n’y a plus de mot pour désigner le phénomène que l’on connaissait jusqu’à présent sous le nom d’inflation. . . Comme on ne peut pas parler de quelque chose qui n’a pas de nom, on ne peut pas non plus le combattre. Ceux qui prétendent lutter contre l’inflation ne font en réalité que combattre ce qui est la conséquence inévitable de l’inflation : la hausse des prix. Leurs efforts sont voués à l’échec, car ils ne s’attaquent pas à la racine du mal. Ils tentent de maintenir les prix à un niveau bas alors qu’ils se sont engagés dans une politique d’expansion de la masse monétaire qui ne peut que faire monter les prix. Tant que cette confusion terminologique ne sera pas totalement levée, il ne sera pas question de stopper l’inflation”.

Le reportage de CNBC affirme que l’impression de monnaie n’influence pas les prix à la consommation, ce qui n’est pas exact, comme l’explique Maharrey.

Si l’inflation monétaire et l’inflation des prix à la consommation ne sont pas allées de pair après 2008, c’est uniquement parce que les fonds n’arrivaient pas dans l’économie réelle. Ils ont été absorbés par le marché financier, raison pour laquelle les cours des actions ont crevé le plafond.

Mais cela a brusquement changé avec les aides du coronavirus, car l’argent a trouvé son chemin dans l’économie par d’innombrables voies et l’inflation des prix tant redoutée s’est produite. Mais alors que les banques centrales se préoccupent désormais soi-disant de faire baisser l’inflation, elles n’ont d’yeux que pour les prix. Mais la cause, l’augmentation de la masse monétaire, n’en est pas affectée.

Le président de la Fed, Ben Bernanke, a assuré en 2008 que les mesures visant à augmenter les liquidités seraient annulées dès que la crise serait terminée. Aujourd’hui encore, la Fed conserve ces obligations dans son bilan.

La situation est similaire pour la BCE, qui a acheté des obligations pour stimuler l’inflation et l’économie depuis 2015. Si elle prenait au sérieux la lutte contre l’inflation, elle devrait vendre ces obligations d’État et retirer ainsi du marché l’argent supplémentaire imprimé.

Mais elle ne peut pas le faire, car l’Eurosystème serait alors en faillite. Dans le bilan de la BCE, les obligations sont inscrites à la valeur nominale de leur achat. La valeur de marché est actuellement bien inférieure et en cas de vente, la banque centrale serait en faillite, et l’euro avec elle.

Il est intéressant de constater que le monde entier accorde aujourd’hui du crédit aux experts lorsqu’ils affirment que l’économie se porte bien et qu’aucune récession ne menace. Mais ce sont pourtant ces mêmes experts qui disaient encore en 2020 que l’impression d’argent n’avait aucune influence sur les prix, résume Maharrey.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

14 + 17 =

Кнопка «Наверх»