Indicateurs économiques

Etats-Unis: La Chambre vote pour destituer son président, du jamais-vu


Le président de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, retourne à son bureau après que la chambre basse du Congrès américain a voté pour le destituer. /Photo prise le 3 octobre 2023/REUTERS/Jonathan Ernst

par Moira Warburton et Richard Cowan

WASHINGTON (Reuters) – La Chambre des représentants a voté mardi pour destituer son ‘speaker’ Kevin McCarthy, dans un contexte de divisions au sein même de son Parti républicain qui plongent le Congrès dans le chaos, quelques jours à peine après un accord in extremis pour éviter une fermeture partielle des administrations (“shutdown”).

C’est la première fois de l’histoire que la chambre basse du Congrès américain prend une telle décision, à l’issue d’un vote à 216 voix contre 210 initié par un petit groupe d’élus issus de la frange la plus conservatrice du Parti républicain.

Il s’agit du dernier feuilleton en date à la Chambre des représentants, contrôlée de peu par les républicains, après des divisions ayant dangereusement approché avant l’été les Etats-Unis d’un défaut de paiement sur leur dette.

Aucun successeur potentiel à Kevin McCarthy n’a émergé pour le moment. Un élu républicain de haut rang de la Chambre, Patrick McHenry, a été nommé ‘speaker’ intérimaire.

En théorie, rien n’empêche les élus de la Chambre de voter pour que Kevin McCarthy retrouve ce poste. McCarthy n’a répondu à aucune question après le vote.

Les deux anciens présidents républicains de la Chambre, Paul Ryan et John Boehner, ont quitté le Congrès à la suite de querelles avec des membres de l’aile la plus à droite du parti.

La rébellion a été menée par Matt Gaetz, représentant républicain de Floride et fervent détracteur de Kevin McCarthy, qui a reproché à ce dernier de ne pas oeuvrer suffisamment à la baisse des dépenses fédérales.

Huit élus républicains, de même que 208 représentants démocrates, ont voté en faveur de la destitution de Kevin McCarthy, fragilisé notamment par la majorité étroite dont dispose son parti à la Chambre (221 sièges contre 212).

Au cours des débats, Matt Gaetz et une poignée d’alliés ont critiqué Kevin McCarthy pour s’être appuyé sur des voix démocrates pour faire approuver un texte de financement provisoire destiné à éviter un “shutdown” dimanche dernier.

“Nous avons besoin d’un ‘speaker’ qui se battra pour quelque chose d’autre – n’importe quoi d’autre – que de rester en poste”, a déclaré le républicain Bob Good.

Les partisans de Kevin McCarthy, dont des élus parmi les plus conservateurs de la Chambre, ont loué sa faculté à limiter les dépenses publiques et à faire avancer d’autres priorités politiques en dépit du contrôle démocrate du Sénat et de la Maison blanche.

Les démocrates ont indiqué qu’ils n’aideraient pas les républicains à résoudre leurs problèmes.

Ils considèrent Kevin McCarthy comme indigne de confiance après que ce dernier a rompu un accord avec Joe Biden sur les dépenses fédérales et donné son feu vert à l’ouverture d’une enquête préalable à une procédure de destitution du locataire démocrate de la Maison blanche.

Matt Gaetz faisait partie d’un groupe d’élus républicains ayant voté à plusieurs reprises en janvier dernier contre la nomination de Kevin McCarthy au poste de ‘speaker’. Il avait fallu quinze scrutins à McCarthy pour parvenir à rassembler les soutiens nécessaires – un record -, après avoir accepté de faciliter d’éventuelles motions contre son leadership.

(Reportage Makini Brice, David Morgan, Richard Cowan, Nandita Bose, Moira Warburton, Susan Heavey and Doina Chiacu; version française Jean Terzian)

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

16 + 20 =

Кнопка «Наверх»