Actualités Monde

Election présidentielle au Libéria, Weah brigue un second mandat


Le président du Libéria, George Weah, à la 78e session de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, aux États-Unis. /Photo prise le 20 septembre 2023/REUTERS/Eduardo Munoz

par Carielle Doe et Alphonso Toweh

MONROVIA (Reuters) – Quelque 2,4 millions d’électeurs sont appelés aux urnes mardi au Libéria pour des élections présidentielle et législatives lors desquelles le président sortant George Weah ambitionne d’obtenir un second mandat après six années marquées par des accusations de corruption et des difficultés économiques persistantes.

George Weah, 57 ans, qui s’est reconverti en politique après une carrière réussie de footballeur professionnel, dit avoir besoin de davantage de temps pour concrétiser sa promesse de rebâtir l’économie, les institutions et les infrastructures du pays d’Afrique de l’Ouest.

Elu en 2017 dans ce qui constituait le premier transfert démocratique du pouvoir dans le pays en plus de 70 ans, George Weah fait face à près d’une vingtaine de rivaux. Pour éviter un second tour, un candidat doit remporter le premier tour avec plus de 50% des suffrages.

Dimanche soir, en épilogue de sa campagne, George Weah a décrit son premier mandat comme un succès en dépit de défis importants, alors que le Libéria peine toujours à se remettre de deux guerres civiles dévastatrices entre 1989 et 2003 qui ont fait plus de 250.000 morts.

Une épidémie d’Ebola, entre 2013 et 2016, a aussi fait des milliers de morts.

“Je suis fier de notre bilan dans une période très compliquée. Nous avons été capables de faire beaucoup, avec peu de ressources, et de résoudre de nombreux problèmes structurels”, a dit le président sortant devant des partisans en liesse réunis dans la capitale Monrovia.

George Weah a été critiqué par l’opposition et par les partenaires internationaux du Libéria pour ne pas avoir suffisamment lutté contre la corruption. Il a limogé l’an dernier le secrétaire général de la présidence et deux autres représentants de haut rang après que ceux-ci ont été visés par des sanctions des Etats-Unis pour corruption.

Au cours de son dernier discours de campagne, George Weah a promis de renforcer la “guerre” contre la corruption lors de son second mandat.

Il a pour principal rival l’ancien vice-président Joseph Boakai, 78 ans, qu’il avait battu au second tour en 2017.

Joseph Boakai a fait campagne en mettant en avant la nécessité de sauver le Libéria de ce qu’il a dénoncé comme la mauvaise gestion de l’administration Weah.

Les électeurs sont appelés à désigner aussi les élus de la chambre basse du Parlement, composée de 73 sièges, et la moitié des 30 sénateurs.

(Reportage Carielle Doe et Alphonso Toweh; version française Jean Terzian)

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

семнадцать − 2 =

Кнопка «Наверх»