Opinions et analyses des crypto-monnaies

Cryptos : deuxième camouflet pour la SEC

 

Publié à l’origine sur la Bourse au quotidien.fr

Bittrex, Binance, Grayscale, les poursuites judiciaires se suivent et se ressemblent pour les plateformes cryptos, toutes mises en cause par la SEC, l’autorité de contrôle des marchés financiers américains. Mais jusqu’à présent les tribunaux ont plutôt tranché en faveur des plateformes.

Décidément, la SEC aura vraiment été au cœur du newsflow dans le segment des cryptomonnaies cet été.

Cela fait plusieurs mois maintenant que le gendarme de la Bourse américaine multiplie les poursuites judiciaires contre les plateformes cryptos, portant sur des problèmes comptables, ou encore sur le statut de titre financier ou non des actifs échangés.

Ces procès ont eu des conséquences non négligeables, comme l’annonce de la suspension des dépôts en dollars chez Binance US au mois de juin par exemple.

Dans un tel contexte, certains observateurs ont commencé à s’interroger sur la viabilité de l’ensemble de l’écosystème crypto.

Mais contre toute attente, les tribunaux n’ont pas toujours donné raison à la SEC, bien au contraire.

Après le revers essuyé contre Ripple (XRP) le mois dernier, le gendarme boursier américain a de nouveau fait face à un jugement défavorable, cette fois vis-à-vis de Grayscale.

La cour fédérale américaine a en effet annoncé que la SEC n’avait pas le droit d’interdire au gestionnaire d’actif de lancer un ETF adossé au cours du Bitcoin.

La posture résolument agressive de Gary Gensler (le président de la SEC) à l’encontre de l’écosystème crypto, essuie donc un nouveau coup d’arrêt.

La SEC sous pression
Qui plus est, cette annonce ouvre un peu la boîte de Pandore.

En effet, à l’image de Bitwise ou encore plus des géants BlackRock (NYSE:BLK) ou Fidelity, beaucoup d’autres acteurs ou gérants d’actifs de renom ont fait des demandes d’approbation similaires ces derniers mois et sont en attente d’une réponse de la SEC.

Reste à voir comment l’institution réagira cette fois-ci, alors qu’elle avait « joué la montre » en première partie de mois pour répondre à une demande similaire en provenance de la société de gestion Ark Invest, dirigée par la célèbre Cathy Wood.

Quoi qu’il en soit, la chose est de bon augure pour les autres dossiers en attente afin d’éviter de voir un « seul ETF spot » disponible sur le marché (ce qui poserait des problèmes de concurrence). Et, à n’en pas douter, elle ne manquera pas d’attirer d’importants flux de capitaux.

La nouvelle remet assurément un peu de baume au cœur des investisseurs après un mois d’août mouvementé (alors que l’on avait appris en milieu de mois que SpaceX avait vendu une grosse partie de ses avoirs en Bitcoins au deuxième trimestre 2023).

Si cette dernière annonce avait mis le cours du Bitcoin sous pression en rupture du support oblique ascendant (visible en pointillés noirs sur le graphique journalier du Bitcoin ci-dessous), l’actualité autour de Grayscale inverse la vapeur en suscitant une réaction en bas de trading range horizontal (cf. rectangle rouge).

Cryptos : deuxième camouflet pour la SEC

Avec un regain de volumes dans la hausse, l’enjeu de cette rentrée va désormais être de reconquérir le cap psychologique des 30 000 $, au-delà duquel un breakout haussier deviendrait envisageable en direction de nouveaux plus-hauts sur les 35 000 $.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

15 − три =

Кнопка «Наверх»