Economie

Choc inflationniste : le prix du pétrole peut atteindre 150 dollars – la baisse des taux d’intérêt n’est pas pour demain


© Investing.com

 

Investing.com – L’inflation s’est certes refroidie ces derniers mois, mais on ne peut pas dire que la situation soit sous contrôle.

Ce sont les prix de l’énergie qui donnent des maux de tête aux banques centrales, car ils se répercutent inévitablement sur l’économie dans son ensemble.

JPMorgan (NYSE :JPM) parle déjà d’un nouveau supercycle pétrolier et prévoit un déficit de 7 millions de barils par jour sur le marché d’ici 2030. Les grands bénéficiaires des prix élevés du pétrole sont la Russie et l’Arabie saoudite.

Plus les prix du marché du pétrole brut sont élevés, plus la Russie trouvera facilement des acheteurs prêts à enfreindre le prix maximum du pétrole russe de 60 dollars le baril dicté par l’Occident.

L’Arabie saoudite, quant à elle, a besoin de ces revenus florissants non seulement pour financer son budget national, mais aussi pour faire de projets prestigieux comme la ville de “The Line” une réalité. La maison royale n’a aucun intérêt à ce que les prix soient bas, car cela entraînerait une perte de pouvoir si le pays devait prendre des mesures d’austérité.

Les prix élevés du pétrole font évidemment payer un tribut à l’économie et, pour la Chine surtout, en tant qu’importateur net, cela devient un problème si la phase de prix élevés dure trop longtemps, selon l’expert pétrolier Simon Watkins. Selon des sources du domaine de la sécurité énergétique, la Chine sera déjà en difficulté si le pétrole brut Brent continue à coûter plus de 90-95 dollars le baril l’année prochaine.

Mais cela est loin d’être improbable. Dans le passé, on a toujours pu compter sur l’industrie pétrolière américaine pour profiter des périodes de prix élevés afin d’augmenter l’offre. Il ne faut pas s’attendre à cela cette fois-ci, car le nombre de tours de forage américaines diminue malgré la hausse des prix.

Le Wall Street Journal a écrit que les entreprises préfèrent redistribuer les bénéfices des prix élevés à leurs actionnaires plutôt que d’investir dans une augmentation de l’offre. Le vice-président senior d’ExxonMobil (NYSE :XOM), Jack Williams, a résumé la situation:

“Si l’on pense à l’efficacité du capital et si l’on veut s’assurer que l’entreprise est conçue pour le long terme, ce n’est pas une bonne idée de monter et de démonter régulièrement les tours de forage”.

Avec les taux d’intérêt élevés actuels, les rendements qui peuvent être générés sont plus importants en l’absence d’investissements pour augmenter l’offre, ce qui soutient les prix. Pourquoi dépenser de l’argent pour une offre plus importante et des prix plus bas ? L’année dernière, Exxon a réalisé un bénéfice record de 55,7 milliards de dollars malgré une baisse de l’activité de forage.

Mais investir n’a pas de sens non plus pour une autre raison, comme l’a expliqué l’expert du secteur Kirk Edwards. Selon lui, l’OPEP est à tout moment en mesure de mettre 2 millions de barils supplémentaires par jour sur le marché. Le prix s’effondrerait alors de 90 à 60 dollars. Toute personne qui investit maintenant dans une production plus élevée prend donc un risque incalculable. C’est pourquoi le secteur préfère rester les bras croisés.

Les banques centrales se trouvent donc dans une position difficile dans leur lutte contre l’inflation. Si l’offre de pétrole n’augmente pas, des prix de 120 à 150 dollars par baril sont réalistes, selon Doug Lawler, CEO de Continental (ETR :CONG).

Une nouvelle hausse des prix de l’énergie serait catastrophique pour l’inflation. Aux Etats-Unis, les prix de l’essence et du lait avoisinent déjà les 5 dollars le gallon et les prévisions ne sont pas bonnes. L’USDA parle déjà d’une augmentation supplémentaire de 5,4 à 6,2 % des prix des denrées alimentaires.

Si les prix du pétrole augmentent de 20 à 50 pour cent, les taux d’inflation à deux chiffres devraient revenir plus vite que nous ne le souhaiterions. Les banques centrales n’ont alors qu’une seule possibilité : augmenter encore les taux d’intérêt et les maintenir élevés encore plus longtemps.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

один + 20 =

Кнопка «Наверх»