Actualités Monde

Birmanie: Frappe d’artillerie meurtrière contre un camp du nord du pays


Près de la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie, des villageois ayant fuit les combats entre les insurgés de la minorité ethnique Karen et la junte au pouvoir sont assis à l’école Huay Kong Kad, dans le village frontalier thaïlandais de Mae

(Reuters) – Au moins 29 personnes ont été tuées dans une frappe d’artillerie contre un camp de déplacés dans l’Etat de Kachine, dans le nord de la Birmanie, ont rapporté mardi la presse locale, une activiste et des sources, précisant que femmes, enfants et personnes âgées faisaient partie des victimes.

Plusieurs régions à travers le pays sont le théâtre de conflits, alors que des groupes armés issus de minorités ethniques et un mouvement de résistance livrent des affrontements à l’armée, qui a pris le pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat en février 2021 et mène depuis lors une répression féroce.

D’après des sources et un média locaux, l’incident s’est produit lundi aux alentours de minuit, à quelques kilomètres d’un camp militaire géré par l’Armée d’indépendance du Kachine (KIA), qui est en conflit avec la junte militaire au pouvoir.

Des sources incluant le gouvernement d’unité nationale (NUG) opposé à la junte ont accusé l’armée d’être à l’origine de ce bombardement, qui s’est déroulé lundi vers minuit dans l’État de Kachin.

Le NUG a condamné ce qu’il a qualifié d’attaque vicieuse contre des civils et a déclaré que le monde devait prendre des mesures pour mettre fin aux attaques et juger les généraux birmans.

“Cet acte du conseil militaire est un crime de guerre et un crime contre l’humanité”, a déclaré Kyaw Zaw, porte-parole du NUG, ajoutant qu’une attaque à la frontière avec la Chine montrait que la junte ne respectait pas la demande de paix et de stabilité de son voisin.

Contacté, le ministère chinois des Affaires étrangères n’a pas répondu dans l’immédiat.

Un porte-parole de la junte militaire au pouvoir a nié la responsabilité de l’armée dans cette frappe.

“Nous enquêtons. Nous prenons toujours soin de la situation de paix à la frontière”, a déclaré Zaw Min Tun à People Media, ajoutant que l’explosion pourrait avoir été causée par les propres munitions du KIA.

Khon Ja, une éminente activiste locale, a déclaré s’être rendue à l’hôpital et y avoir été informée que le bilan temporaire était de 29 morts et 59 blessés. “La bombe était tellement puissante (…) Le village a été totalement détruit, il a disparu”, a-t-elle dit.

Les médias kachins ont eux fait état de 30 décès. Reuters n’a pas été en mesure de vérifier ce bilan de manière indépendante et les porte-parole du KIA n’étaient pas joignable dans l’immédiat pour un commentaire.

Les Nations unies au Myanmar ont déclaré sur Facebook (NASDAQ:META) être profondément préoccupées par les informations faisant état de l’incident, ajoutant que “les civils ne devraient jamais être une cible”.

(Rédaction de Reuters, rédigé par Martin Petty, version française Jean Terzian et Corentin Chappron, édité par Kate Entringer)

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

9 − четыре =

Кнопка «Наверх»