Marchés boursiers

A quoi doit-on s’attendre pour cette saison des résultats T3 ? Tour d’horizon général

 

Bien qu’une poignée d’entreprises aient déjà publié leurs résultats du T3, c’est ce vendredi 13 octobre qui marquera le “vrai”, le coup d’envoi de la saison des résultats du troisième trimestre 2023, avec les rapports de plusieurs grandes banques américaines.

Or, cette saison des résultats arrive dans un contexte de craintes de récession et de défis divers, qui font que les investisseurs l’abordent avec une certaine prudence. Cette saison, marquée par des vents contraires tels que des taux d’intérêt élevés, une dynamique de consommation modérée et des troubles géopolitiques découlant de la guerre entre Israël et le Hamas, brosse en effet un tableau complexe pour les entreprises américaines.

Malgré tout, les perspectives de bénéfices du S&P 500 pour le troisième trimestre sont moins négatives que lors des derniers trimestres. Le pourcentage d’entreprises émettant des prévisions de bénéfices négatives est en effet égal à la moyenne sur 10 ans.

Dans l’ensemble, l’indice devrait enregistrer une baisse des bénéfices de 0.3% en glissement annuel au troisième trimestre, soit le quatrième trimestre consécutif de recul, mais il est important de relever que la baisse estimée des bénéfices pour le T3 serait la plus faible de cette série de quatre trimestres. Globalement, l’espoir est que ce T3 2023 marque le creux du déclin des bénéfices.

En ce qui concerne les prévisions des entreprises en termes de BPA, FactSet a relevé que 118 sociétés du S&P 500 ont publié des prévisions de BPA pour le troisième trimestre 2023, dont 64% de prévisions baissières et 36% de prévisions positives.

D’un point de vue sectoriel, huit des onze secteurs devraient enregistrer une croissance des bénéfices d’une année sur l’autre, avec en tête les secteurs des services de communication et de la consommation discrétionnaire. En revanche, trois secteurs devraient enregistrer une baisse de leurs bénéfices d’une année sur l’autre, à savoir les secteurs de l’énergie, des matériaux et de la santé.

Prévisions sectorielles : Les plus grands gagnants et perdants en termes d’anticipations de BPA

Plus en détail, on notera que le secteur de la consommation discrétionnaire a connu la plus forte augmentation des bénéfices estimés, soit 8,5 % pour atteindre 42,3 milliards de dollars, soit un taux de croissance des bénéfices de 22,0 % d’une année sur l’autre. Amazon.com Inc (NASDAQ:AMZN), entre autres, a contribué de manière significative à cette augmentation.

Le secteur de l’énergie a quant à lui connu une augmentation de 5,7 % des estimations de bénéfices, les analystes prévoyant une baisse des bénéfices de -37,7 % d’une année sur l’autre. Notons que Marathon Petroleum Corp (NYSE:MPC) et Valero Energy Corporation (NYSE:VLO) sont les plus larges contributeurs.

Dans le secteur des technologies de l’information, les prévisions de bénéfices ont augmenté de 4,2 %, pour un taux de croissance des bénéfices de 4,6 % d’une année sur l’autre, avec NVIDIA Corporation (NASDAQ:NVDA) et Intel Corporation (NASDAQ:INTC) qui ont le plus contribué.

Dans les services de communication, les estimations de BPA ont connu une augmentation de 4,1 %, avec Meta Platforms Inc (NASDAQ:META) et Alphabet Inc (NASDAQ:GOOGL) comme contributeurs significatifs, pour un taux de croissance annuel des bénéfices estimé à 31,5 % pour le T3.

Dans le secteur des matériaux, la baisse des prévisions de BPA au cours des derniers mois a été significative, atteignant -12,9 %, ce qui se traduirait par une baisse des bénéfices de -22,4 % d’une année sur l’autre. Dow Inc (NYSE:DOW) est le principal contributeur à cette baisse.

Le secteur des produits industriels a aussi connu de lourdes révisions baissières de prévisions de bénéfices, à -8,7 % des bénéfices estimés, ce qui se traduit par un taux de croissance des bénéfices de 3,5 % d’une année sur l’autre. A ce propos, Boeing Co (NYSE:BA) est à priori le principal responsable.

Enfin, le secteur des soins de santé a enregistré une baisse de -4,4 % des bénéfices estimés, ce qui se traduit par une baisse des bénéfices de -11,9 % en glissement annuel. Moderna Inc (NASDAQ:MRNA) et Pfizer Inc (NYSE:PFE), entre autres, ont contribué à cette baisse des prévisions de bénéfices.

Conclusion

Les entreprises américaines abordent donc la saison des résultats T3 dans un contexte mitigé, fait de craintes de récession, d’anticipations de pause de la Fed, et de risques géopolitiques croissants. Les résultats pourraient donc être disparates, avec d’importantes divergences entre les secteurs, et les investisseurs devront donc naviguer avec prudence les prochaines semaines sur les marchés et analyser avec attentions les résultats pour savoir s’il faut s’attendre à une fin d’année en beauté, ou si le pire est à venir.

Essai InvestingPro

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

два × пять =

Кнопка «Наверх»