Economie

4 facteurs plaidant pour un crash économique majeur – Les baissiers peuvent se réjouir


© Investing.com

 

Investing.com – La banque centrale américaine, le président Biden et Wall Street continuent de soutenir qu’aucune récession ne menace l’économie américaine. Quiconque affirme le contraire est considéré comme un alarmiste qui invoque délibérément le malheur.

Jim Reid de la Deutsche Bank (ETR :DBKGn) est l’un des rares spécialistes à douter de l’histoire du soft landing, car il existe quatre faits qui indiquent tous une récession et qui ne peuvent pas être balayés sous le tapis.

L’expert a passé au crible, avec d’autres analystes, les ralentissements économiques qui ont eu lieu depuis 1854. Outre l’inflation, l’accent a été mis sur les rendements, les taux d’intérêt et les prix du pétrole.

Chacun de ces quatre facteurs a présenté des caractéristiques particulières dans le contexte d’une récession au cours des 170 dernières années. Ce qui est inquiétant, c’est qu’actuellement, tout indique qu’une récession est en train de se produire.

1. l’inflation

Les experts ont constaté que, par le passé, l’économie américaine était très sensible à une inflation de 3 % ou plus sur une période de 24 mois.

Ce seuil a déjà été franchi, puisque la dernière fois que l’indice des prix à la consommation a été inférieur à 3 pour cent, c’était en avril 2021. Les analystes ont déterminé qu’à chaque fois que ce critère était rempli, il y avait une probabilité de 77 pour cent qu’une récession suive.

Le recul actuel par rapport au plus haut de 40 ans de 9,1 pour cent ne joue aucun rôle dans cette analyse. Un laps de temps plus long peut s’écouler entre le choc inflationniste initial et la récession qui s’en est suivie.

En outre, il ne semble pas que l’inflation atteigne prochainement l’objectif de 2 pour cent fixé par la Fed, car le taux d’inflation a déjà recommencé à augmenter en août et en septembre.

2. les rendements

La situation est similaire pour les rendements. Normalement, les rendements des emprunts d’État à dix ans sont inférieurs à ceux des titres à 30 ans. Si cela change, les spécialistes parlent d’une inversion de la courbe des rendements.

Cela signifie que le marché s’attend à une détérioration de la situation à l’horizon de dix ans.

C’est précisément ce qui se passe depuis juillet 2022. Chaque fois que ce phénomène s’est produit par le passé, il a été suivi d’un ralentissement économique dans 74% des cas.

3. taux directeur

Les taux d’intérêt jouent également un rôle important à l’approche d’une récession. En effet, la banque centrale tente, par le biais du taux directeur, soit de stimuler l’économie, soit de la refroidir.

Ce dernier objectif est atteint en augmentant les taux d’intérêt, car lorsque les crédits deviennent plus chers, les investissements diminuent et la performance économique s’affaiblit.

Depuis 1854, chaque fois que la banque centrale a augmenté les taux d’intérêt de plus de 2,5 % sur une période de 24 mois, une récession a suivi avec une probabilité de 69 %.

Dans le cas présent, la Fed a augmenté les taux d’intérêt de plus de 5 % en seulement 18 mois.

4. prix du pétrole

La bonne marche de l’économie d’un pays dépend également du prix de l’énergie. Plus les prix sont élevés, plus les perspectives sont mauvaises, soit parce que les marges diminuent, soit parce que la demande s’effondre en raison de la hausse des prix.

Le prix du pétrole est donc un autre bon indicateur de la santé économique.

Les analystes de Jim Reid ont constaté que lorsque le prix du pétrole avait augmenté d’au moins 25 % en l’espace de 12 mois, une récession s’était produite dans 45,9 % des cas au cours des 170 dernières années. La hausse actuelle des prix du pétrole est donc un signal d’alarme clair, car depuis juin, ils ont augmenté d’environ 33 pour cent.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

14 + 19 =

Кнопка «Наверх»